A la découverte d'une créatrice: Marion Romain


Il me paraît vraiment délicat de présenter le travail de quelqu'un d'autre, je dois bien reconnaître que j'ai un peu peur que mon article ne soit pas à la hauteur de la poésie qui caractérise les illustrations de Marion Romain.

Car voilà, le mot "poétique" s'impose à moi chaque fois que je vais sur son blog, que j'admire ses illustrations, et surtout, que je lis les petites histoires qui y sont associées.

C'est la première fois que je présente une créatrice sur ce blog, et l'idée m'est venue le jour où j'ai gagné l'une de ses petites illustrations imprimées format 10*15 au concours des un an de son blog. C'était la première fois que je gagnais un coucours/blog et ça m'a rendue tellement heureuse, que je me suis dit qu'il fallait absolument que je vous parle de cette demoiselle.
sur son blog elle se présente ainsi : Je bricole avec les moyens du bord, en essayant de ne pas passer par-dessus bord.

A chaque post, Marion Romain nous enchante en jouant avec les mots. Mais je pense que les images parleront d'elles même.
(N'ayant pas mon appareil photo, j'utiliserai les photos prises sur son blog pour illustrer cet article)

Voici l'illustration que j'ai gagnée. Je vous présente Ruth accompagnée de sa petite présentation, car vous comprendrez vite que nous sommes dans un univers construit, et qu'il serait dommage de dissocier les illustrations du texte de présentation:


Ruth se disait que si l'été ne voulait vraiment pas pointer le bout de son nez, elle pourrait toujours le narguer en portant ses robes jambes nues dans son appartement bien au chaud, et puis zut. À travers la fenêtre, le ciel était aussi bleu qu'un ciel de 25°, alors en se forçant un peu, on pouvait y croire. Elle avait déjà prévu de dégager un créneau quelconque dans sa journée pour se tartiner d'huile de monoï. Elle se ferait un milk shake, et ce serait l'été par procuration.

Et voici une petite sélection de mes chouchous :


Camille :
Ca commençait à l'agacer sec, Camille, alors quoi, ce n'était pas parce qu'il était un paresseux qu'il était forcément paresseux. A chaque fois qu'il voulait crier à ses amis qu'il était plutôt du genre pile électrique et débrouillard, il n'était pas pris au sérieux, parce que même en colère, il avait toujours ce léger sourire collé sur le visage qui faisait qu'on n'en faisait jamais vraiment cas. 


Le Cerf-volant :

Thibault n'en démordait pas, il trouvait quand même ça fort de café qu'on ose appeler "cerfs volants" les cerfs volants. La première fois qu'on lui avait fait miroiter une séance de cerf volant sur la plage, un dimanche de grand vent d'hiver, il s'était vu vendre du rêve, et s'était préparé à vivre quelque chose d'un peu magique et de tout à fait incroyable. En réalité il n'avait pas vu de cerf, encore moins de cerf volant. Il s'était toujours demandé depuis, quel était le petit truand qui avait appelé cet objet ainsi. 

Solange :
Chaque année c'était la même chose, sous prétexte que le orange, ça claque en octobre, que citrouille rime davantage que concombre avec "trouille" et que décemment, il faut se lever tôt pour sculpter un kiwi, c'était à elle, Solange, et ses copines, de s'y coller. Et non, pour autant, elle n'avait pas grand chose d'une terreur en elle, et elle jouait très mal au monstre. Alors cette année, elle allait continuer à dormir paisiblement. Sûrement même qu'elle esquisserait un doux sourire dans son sommeil. Halloween pouvait bien passer par là, ça n'était plus son affaire. 


Romain:
Pour une sombre histoire de ménage de printemps automnal, un certain paon-girafe se retrouve coiffé d'une promotion pour se hisser là-haut, tout là-haut, dans un contrat à durée indéterminée s'il se sent bien dans son job, ce qui n'est pas certain, à le voir ainsi vert de peur. Il avait déjà posé ses petites pattes par ici il y a quelques mois, et il m'a semblé qu'il pourrait aimer prendre de la hauteur, respirer durablement l'air des montagnes bleues. 



Vadim :
Quand Vadim était un peu contrarié, il montait tout en haut de la colline pour laisser voir tout le monde de quel bois il se chauffe. Quand tout allait bien, il montait aussi sur la colline, mais c'était pour aller voir les mille couleurs des couchers de soleil. Au bout du compte, c'est toujours le renne qui tenait les rênes.  

Et là mon petit coup de coeur perso, parce que je m'appelle Victoria et que ma maison ressemblait un peu à ça quand j'étais petite, avec le cloché au fond, et l'arbre à droite de ma maison (même si pour le coup, il s'agissait d'un olivier).


La Maison de Victoria :
Ca c'est la maison des rêves de Victoria telle qu'elle se l'imaginait quand elle avait huit ans. À cette époque-là, elle avait passé beaucoup de temps à décider s'il lui faudrait un arbre à gauche ou à droite de la maison, et s'il s'agirait d'un chêne, d'un tilleul ou d'un châtaignier. Le clocher d'église, c'était un incontournable, il fallait qu'elle puisse entendre les cloches sonner et le coq chanter à son réveil. Quand elle regardait son vieux dessin, elle n'arrivait même plus à savoir si finalement elle avait opté pour le chêne, le tilleul ou le châtaignier, parce que vingt ans plus tard, elle ne savait plus vraiment les différencier, et elle se demandait surtout comment elle avait pu omettre de dessiner au moins une boutique de vêtements à côté de l'église. Ce n'était pas grave, Victoria avait simplement changé.



Et comme Marion Romain est une artiste complète, elle s'adonne même à la fabrication de bijoux quelquefois, et nous partage ses secrets de fabrications (avis à toutes celles qui aiment les Do it Yourself ! )




Je vous invite donc à aller faire un petit tour sur son blog par là Marion Romain et enjoy !
J'espère que cet article vous aura plus (et qu'il plaira surtout à la créatrice en question ^^").
En tout cas, je remercie Marion Romain de tout coeur pour cette carte, j'ai vraiment été très heureuse de la recevoir dans sa jolie petite enveloppe bleue =)

Je vous souhaite à présent une belle semaine pleine de vie, à très bientôt !



4 commentaires

  1. Je te remercie très fort pour ces très gentils mots, Victoria. Cela me fait tout drôle de voir mes petites bricoles exposées ailleurs que sur mon blog, et encore plus de lire les mots de quelqu'un d'autre à leur (à mon) égard.
    Je suis contente également de voir que tu m'as bien cernée en ne dissociant pas le texte de l'image, c'est en effet le coeur de ce qui me motive, l'un et l'autre sont pour moi deux pièces d'un même puzzle, j'écris pour que naisse ensuite un dessin... je dessine pour que naisse un petit texte... ou alors les deux naissent simultanément dans ma tête.

    J'espère bricoler encore longtemps avec les moyens du bord. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouf ! me voilà rassurée ^_^ Je t'assure que ce n'est pas un exercice facile. D'autant plus que j'aime beaucoup ton travail et ça m'aurait déçu de te décevoir.
      Hâte de voir tes prochaines créations ! =)

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Tout à fait ! J'aime beaucoup cette créatrice et s'y ça t'intéresse, les tutos pour réaliser les même bijoux sont sur son blog =)

      Supprimer

Laisser un Commentaire